De peuple à peuples

Les concepts de peuple et de nation sont polysémiques ; on peut leur faire dire tout et le contraire de tout ; on peut les concilier comme les opposer ; les utiliser dans tous les sens qui servent la cause que l’on défend ; on convoque l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, la psychologie… pour revendiquer une identité différente d’un ensemble.

De nos jours, dans le système républicain qui exige l’unicité et l’indivisibilité de la République, l’Etat, le peuple et la nation sont une seule et même entité. On voit bien, dans notre pays, que le mot « peuple » est utilisé en lieu et place de celui de « nation » ; il est devenu, dans certaines de nos régions, « une foi et un apostolat », pour reprendre le mot de Giuseppe Mazzini.

La politique autoritaire d’homogénéisation de la nation par la langue – la nation étant pour Fichte et Otto Bauer une communauté linguistique – est un échec que l’article 4 de la constitution du 6 mars 2016 admet en faisant du tamazight une langue nationale et officielle à côté de la langue arabe.

Cette mesure constitutionnelle n’a pas suffi à renouer les liens nationaux et raccommoder le sentiment d’appartenance à la nation. Et contrairement à l’effet escompté, c’est à une « radicalisation » théorique et politique que nous assistons, si l’on croit les déclarations des dirigeants du nouveau mouvement autonomiste kabyle qui parlent d’homogénéité ethnique et culturelle. Cela est inquiétant et dangereux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :